Privilege Organisation | Sim'hat Torah 2017, 2018 et 2019 | Privilège Organisation
2442
page-template-default,page,page-id-2442,page-child,parent-pageid-2491,ajax_fade,page_not_loaded,,wpb-js-composer js-comp-ver-5.5.4,vc_responsive

Sim’hat Torah

Sim’hat Torah
Date
Vendredi 13 octobre 2017
Mardi 2 octobre 2018
Mardi 22 octobre 2019

Les fêtes juives sont des célébrations consacrées à des cérémonies religieuses ou civiles. Dans la plupart des cas, elles sont accompagnées de réjouissances communautaires. Intéressons-nous à la fête de la Sim’hat Torah qui se célèbre le 23e jour du mois de Tishrei, conformément au calendrier juif.

Origine de la Sim’hat Torah

Auparavant, en Israël, les solennités Sim’hat Torah et Chemini atsèret étaient célébrées le même jour. Dans les congrégations de la diaspora cependant, la fête Sim’hat Torah succédait celle de Chemini atsèret. Il a fallu marquer une distinction entre ces deux célébrations dans un but d’uniformisation et de préservation des coutumes. Il s’en suivit la définition de la Sim’hat Torah comme une continuité de la Chemini atsèret. La Sim’hat Torah se célèbre désormais le jour qui suit la célébration de la Chemini atsèret, conformément à l’usage rabbinique. C’est donc ainsi que naquit cette fête juive qui marque la fin du cycle de la lecture annuelle de la Torah.

torah

Traditions et célébrations de la Sim’hat Torah

La commémoration de la solennité de la Sim’hat Torah se fait avec des lectures exaltantes de la Torah dans des moments de pleines réjouissances. Les célébrations et traditions de cette fête s’exécutent autour d’enthousiastes manifestations et d’hommages rendus à certains fidèles. Pour les manifestations, à l’orée du soir des réjouissances, tous les rouleaux de la Torah sont retirés de l’arche sacrée. Ils sont ensuite transportés par les adeptes qui tournent sept fois autour de la « Bimah » qui représente la tribune lors des manifestations.

Ces sept défilés sont effectués au gré des cantiques et des danses qui emballent la communauté. Celle-ci se joint alors aux transporteurs de rouleaux dans une ambiance festive. Les plus petits quant à eux participent à la célébration avec des objets rappelant la Torah. Après ce rituel dansant, deux croyants sont désignés par la confrérie pour recevoir un hommage. Pour cela, ils jouent le rôle de prétendants et lisent des parties de la Torah en se complétant. L’un lit le début et l’autre la fin. Cette tradition indique que l’arrêt d’un cycle et le commencement d’un autre ne doivent pas être séparés : les croyants doivent donc toujours lire la Torah.